Julien Noblet

En perpétuelle mémoire,

Collégiales castrales et Saintes-Chapelles à vocation funéraire dans le royaume de France 

 

Résumé : 


Dans le domaine royal, entre 1450-1560, de grands personnages, face à la mort et en quête d’« éternité », se détournent des lieux d’inhumation traditionnels préférant fonder des églises collégiales à vocation funéraire. 
Ces initiatives témoignent de la réaction d’une partie de l’élite confrontée à la démocratisation de l’enterrement ad sanctos et soucieuse de reposer dans un édifice dont la magnificence, tant dans le faste du service divin assuré par un collège nombreux aux multiples charges liturgiques, que dans la beauté de l’architecture accueillant les cérémonies, devait refléter le rang. Saintes-Chapelles pour les princes du sang et « simples » collégiales pour les nobles de moins haut lignage accueillent des chanoines voués à prier pour le repos éternel de leur fondateur mais aussi de sa famille. 
Ainsi s’établit un culte dynastique symbolisé par des tombes monumentales regroupées dans le chœur que s’approprie le fondateur, tandis que familiers et fidèles prennent place dans la nef. La distinction entre espace seigneurial et paroissial, soulignée par les circulations, le traitement architectural et ornemental, concourt à souligner la précellence seigneuriale. 
Enfin, l’implantation des sanctuaires familiaux à proximité immédiate des châteaux rappelle la dépendance du chapitre à l’égard de son fondateur mais témoigne surtout de l’attachement de ce dernier à la seigneurie rurale, garante de sa noblesse. 

 

L’Auteur : Julien Noblet 


Docteur en Histoire de l’Art de l’université de Paris II-.Sorbonne, Julien Noblet a enseigné l’histoire de l’architecture moderne de l’université François Rabelais de Tours.
Chercheur associe au Centre André Chastel. Archéologue du bâti, il poursuit actuellement ses recherches sur l’architecture religieuse et civile du XVème et XVIème siècles. 

 

Pour notre département : 


Parmi les vingt-cinq édifices retenus figurait la collégiale de Bourgtheroulde.