Les Conférences de la Société Libre de l'Eure

 

Traditionnellement la Société Libre organise ses conférences aux Archives Départementales de l’Eure, 2 rue de Verdun à Evreux. 

Ces conférences sont gratuites et ouvertes à tous.

 

 


 

Au temps des Incroyables et des Merveilleuses : l’Eure pendant le Directoire - 20 mars 2010

Présentation d’André Goudeau

 

Après la Terreur, Incroyables et Merveilleuses tenaient le haut du pavé à Paris, sous le Directoire. Ils formaient une société frivole, dominée par une minorité de parvenus enrichis trop vite. Mais qu’en était-il en province ? Que s’est-il passé dans notre département entre 1794 et 1800 ?

Proche de Paris, l’Eure contribuait à l’approvisionnement de la capitale en céréales. Allait-il se reconnaître dans le régime institué par la Constitution de l’an III ? Dans notre département s’était développé un réseau dense de sociétés populaires sous le gouvernement révolutionnaire. Allait-on assister au renouveau du jacobinisme et quel rôle des deux frères LINDET, députés montagnards originaires de Bernay, allaient-ils jouer ?

Par ses cantons bocagers du Pays d’Ouche, l’Eure se trouvait aussi en limite de l’ouest rebelle et chouan de la Normandie orientale. Il fut touché par la chouannerie normande, relayée par le brigandage des « chauffeurs » de la bande à Robillard. Comment les administrateurs du département et le commissaire Crochon réagirent-ils face à cette « malveillance » ? Tâche d’autant plus difficile qu’entre l’an IV et l’an VIII, ils furent également contestés par les néo-jacobins. Ceux-ci se réunissaient alors au sein des cercles constitutionnels et s’exprimaient dans le Bulletin de l’Eure du journaliste Touquet.

Parallèlement à leurs efforts constants pour assurer le maintien de l’ordre, les administrateurs cherchèrent à développer une culture républicaine. Tout en soutenant les cultes révolutionnaires et en s’efforçant d’organiser de fréquentes fêtes civiques, ils firent de l’Ecole centrale un établissement scolaire innovant sur le plan pédagogique

A travers l’exemple de notre département, cette évocation s’efforcera de montrer que le Directoire, ce régime mal-aimé, a toutefois présenté certaines innovations intéressantes reprises au cours du XIXème siècle.